Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ENSEMBLE POUR CROSNE

Blog de Christophe De Freitas, conseiller municipal de Crosne

Val d'Yerres - Val de seine : ce qu'on en dit, ce qui en est

Publié le 2 Mars 2016 par Christophe DE FREITAS in CAVY, Intercommunalité

La recomposition de la carte intercommunale n'en finit pas de faire couler de l'encre et saliver les opportunistes.

Il est vrai que la perspective prochaine de la fin du cumul des mandats laisse de l'espoir à certains élus, qu'ils soient déjà bien pourvus en mandats ou qu'ils ne veuillent pas s'en départir. Les questions juridiques soulevés sont surtout des passes d'armes pour essayer d'obtenir des avantages pour les élus et les communes qui s'y livrent.

A Crosne, la majorité est absente des débats - sur le fond comme sur la forme - pour faire émerger une agglomération dotée de compétences propres mais aussi réussissant à générer des économies d'échelles, après l'échec patent - historique - de la CAVY qui aura seulement réussi à permettre à la commune de Yerres de continuer à se doter d'équipements sportifs, culturels et parking sur le dos de l'ensemble des contribuables du Val d'Yerres.

Le choix à venir du président pour cette nouvelle agglomération devra être le signe d'un changement profond de gouvernance, incarné par une nouvelle personnalité politique.

Il devra définir un projet politique cohérent et équilibré entre les communes. Les écarts de fiscalité, de couverture de territoire par des équipements culturels et sportifs ne devront pas être le prétexte à de nouvelles augmentations de la fiscalité.

De même, l'éviction de conseillers communautaires désignés par la population ne devra pas conduire, comme c'est le cas à la CAVY, à une gestion trop confidentielle. Les élus qui y siègent depuis des années ont en effet réussi à s'entendre, de droite comme de gauche et depuis de nombreuses années, pour proposer un projet qui n'a conduit qu'à l'endettement et au gâchis des moyens publics avec toujours le même alibi : ce qu'on a réussi à faire, on ne le ferait plus !

Aujourd'hui, il nous faut faire face et, pour cela, il faut que les méthodes changent.

Commenter cet article