Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ENSEMBLE POUR CROSNE

Blog de Christophe De Freitas, conseiller municipal de Crosne

Retour sur le Conseil municipal du 22 septembre 2015

Publié le 23 Septembre 2015 par Christophe DE FREITAS in Conseil municipal

POINT 2 : APPROBATION DES DECISIONS

J’ai trois questions quant aux décisions présentées :

  • Je note dans la délibération n°2015-074 que vous avez changé le système de chauffage de la Maison de la Petite Enfance en remplaçant le chauffage au sol par de l’électrique. Ce changement va-t-il augmenter les frais de fonctionnement de la structure ? N’était-il pas envisageable de fiabiliser le chauffage existant ?
  • Quel impact la renégociation du marché de fourniture de repas a-t-elle eu sur le coût des repas ? Sur le plan qualitatif de la prestation, votre décision a-t-elle été concertée avec la fédération de parents d’élèves pour ce qui concerne les centres de loisirs et les écoles ?
  • Je remarque la décision n°2015-105 qui porte sur une convention pour la réalisation de contrôles médicaux, j’imagine auprès des personnels municipaux. Quels sont les motifs qui vous ont conduit à engager cette démarche ?

POINT 5.1 – MISE A JOUR DU TABLEAU DES EMPLOIS

Suite au départ du précédent chef de police (catégorie B), je suppose que vous avez confié cette responsabilité à un brigadier-chef principal (catégorie C). Pouvez-vous m’indiquer qui a été nommé à cette fonction et celle qu’il exerçait préalablement ?

Je remarque un glissement de même nature concernant la direction des finances.

Je ne doute pas a priori de la motivation de ces agents mais la diminution permanente du niveau de grade des chefs de service m’inquiète singulièrement quant à la gestion de la Ville. Je veux bien entendre que le grade ne fait pas tout mais il est souvent lié à une qualification particulière ou à une expérience confirmée.

Je ne voudrais pas que le seul motif de cette déqualification grandissante soit les économies que réalise la ville. Ce n’est pas mon idée d’une montée en puissance de la qualité du service public.

Je m’abstiendrai lors de ce vote.

POINT 6.1 – DEMANDE DE RENOUVELLEMENT DU CONTRAT ENFANCE JEUNESSE

Je voudrais rappeler que l’organisation de commission à 18h30 pose difficulté pour les membres qui travaillent. Je l’avais déjà évoqué lors des précédents conseils mais visiblement l’absence organisée des élus de l’opposition arrange la municipalité.

Je suis agréablement surpris par la qualité du diagnostic présenté pour ce contrat enfance jeunesse. Je reste néanmoins sur ma faim pour les perspectives et projets présentés. Ce qui est évoqué dans la note de synthèse n’apparaît pas dans le plan d’actions du contrat joint, ce qui me conduit à conclure que le document joint est singulièrement incomplet. Je m’interroge ainsi sur l’absence de fiches financières.

En outre, je souhaitai connaître la logique de certaines propositions ?

  • Avez-vous conscience que, du fait de la crise et de la baisse démographique, vouloir réserver des places dans une crèche privée alors que la plupart des assistantes maternelles du territoire peinent à trouver des familles qui leur confient leurs enfants revient à créer du chômage chez elles ? Quelles mesures palliatives avez-vous envisagées à cette situation ?
  • Vous voulez créer un nouvel espace pour les plus de 15 ans (le contrat évoque 11-25 ans !) mais il s’agit ni plus ni moins de rouvrir celui qui a été fermé lors des travaux de l’ancienne bibliothèque. Dès cet été, vous avez mis en place un accueil pré-ados dans la maison des associations : quel est votre ligne en la matière (complémentarité et doublon) ? Cet été, la structure était-elle déclarée ? Qui a payé pour le fonctionnement cette structure ?

Je regrette ces manques qui m’amènent à penser que le contrat proposé ne permet pas de se projeter avec suffisamment de clarté.

Je m’abstiendrai sur cette délibération.

POINT 8.1 – ACQUISITION DROIT AU BAIL POUR UN LOCAL COMMERCIAL DE LA BOUCHERIE ET POUR UN LOCAL A USAGE D’EPICERIE

Les débats en commission ont été instructifs mais ne m’ont pas permis de comprendre ce qui pouvait inciter la commune à vouloir jouer les promoteurs immobiliers avec l’argent du contribuable en vous immiscant entre des professionnels pour déterminer qui a le droit de travailler à Crosne.

Pour le boucher, vous entendez répondre « aux attentes de l’ensemble de la population Crosnoise » mais je ne me rappelle pas qu’il y ait eu une quelconque consultation à ce sujet.

J’espère que, par votre démarche, vous ne vous faites pas l’instrument des quelques personnes racistes qui voyaient d’un mauvais œil l’installation d’une boucherie Hallal.

Je rappelle la nécessaire dynamisation du centre-ville qui doit pouvoir faire la place à tous les commerçants qui pensent pouvoir gagner leurs vies. Ce n’est pas l’idée que je me fais de l’action d’une collectivité qui doit, en matière économique, créer les occasions et non interdire l’exercice.

Quant à l’épicerie, au coût du droit au bail, il faudra ajouter les travaux importants de transformation du local. Cela ne répond pas non plus à l’idée de la bonne utilisation des deniers publics alors que les Crosnois découvrent, en recevant leurs taxes d’habitation et leurs taxes foncières, l’usage que vous faites de l’importante augmentation d’impôts de cette année.

Je vote contre cette délibération.

POINT 8.2 – DEMANDE DE SUBVENTION AU TITRE DU FONDS INTERMINISTERIEL DE LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE POUR L’EXTENSION DU SYSTEME DE VIDEO-PROTECTION

Monsieur le Maire,

Vous poursuivez une politique d’installation de caméras vidéo en équipant le centre-ville, ce qui louable mais qui interroge sur une stratégie de vidéosurveillance. Je crois qu’il faut dépasser cette politique du nombre et rechercher à améliorer le système en allant vers une gestion active des images générées par les caméras déjà en place.

J’ai proposé en commission un travail avec la Ville de Montgeron pour l’installation d’un centre de surveillance urbaine qui pourrait permettre de guider les patrouilles de police municipale et dont les images, le soir, basculeraient vers le commissariat.

Je voulais savoir quelle suite vous entendiez donner à cette proposition.

POINT 8.4 – DEMANDE DE SUBVENTIONS ET ENGAGEMENT AUPRES DE LA VILLE AUPRES DE LA REGION ILE-DE-FRANCE POUR LA REALISATION D’UN JARDIN MEDIEVAL

Monsieur le Maire,

Lors du vote précédent, je m’étais abstenu. Aujourd’hui, je persiste dans cette position.

Toutefois, à la lueur des informations qui filtrent progressivement sur le fonctionnement du parc, je souhaiterai savoir si le parc va rester ouvert à la population. J’ai en effet cru comprendre qu’une association pourrait assurer la gestion du Parc, sur le modèle du potager Caillebotte et je voudrais connaitre le cahier des charges qui lui a été confié en la matière.

POINT 9.4 : INDEMNITES DE FONCTION DU MAIRE, DES ADJOINTS ET DES CONSEILLERS MUNICIPAUX DELEGUES

Je m’excuse d’intervenir dans une affaire interne à l’équipe majoritaire mais je suis étonné que vous proposiez une telle disparité entre adjoints alors qu’ils bénéficient des mêmes prérogatives d’officier de police judiciaire, quand bien même le dernier élu est celui qui devrait exercer cette fonction de la façon la plus efficiente.

Eu égard aux engagements pris en juin dernier, je ne comprends pas pourquoi vous envisagez des écarts, alors que vous auriez pu aménager cette grille indemnitaire avec un taux équivalent pour l’ensemble des adjoints soit en revenant à l’ancienne version, soit en diminuant votre indemnité que vous cumulez avec celle de l’agglomération et celle du syndicat du Collège Bellevue.

Je ne doute pas que vous veillerez à adopter une grille plus juste entre élus de même rang.

POINT 9.8 : AVIS SUR L’ARRETE DE PROJET DE PERIMETRE DE LA FUTURE INTERCOMMUNALITE RESULTANT DE LA FUSION ENTRE LE VAL D’YERRES ET LE VAL DE SEINE

Je retrouve dans cette note les mêmes arguments que ceux d’il y a un an avec un peu plus de nuance due à la transmission de la note en début de ce point. Depuis, les villes de la communauté d’agglomération des portes de l’Essonne et Varennes-Jarcy ont préféré rejoindre d’autres territoire (on se demande pourquoi ?) alors que et toute les Villes du Val de Seine ont voté, la semaine dernière, contre la fusion avec le Val d’Yerres.

C’est dire si les perspectives futures de gestion ne sont pas favorables, alors qu’il s’agit, désormais, d’un mariage forcé. Le Maire de Vigneux-sur-Seine vient de lancer une pétition et le référendum à Draveil a été défavorable à plus de 98 % à cette fusion.

Je crois que le calendrier est trop contraint pour permettre l’émergence d’un consensus qui satisfasse les 9 communes de ce nouveau périmètre. Je peux dire également que la loi MAPTAM présente de failles juridiques qui vont conduire à des recours notamment du fait de la nouvelle représentation des communes, alors que certains conseillers communautaires devraient perdre le bénéfice de leurs mandats, acquis lors des dernières élections municipales.

Je crois utile et nécessaire de prendre le temps de la réflexion. Un vote défavorable du Conseil municipal, avec celui de plus de la moitié des communes, permettrait de repasser devant la CRCI, ce qui ouvrirait des perspectives de négociation plus importante.

Derrière cette affaire, il s’agit de savoir si les Villes du Val de Seine doivent supporter le poids de l’endettement généré par les investissements excessifs engagés sur Yerres, par le président de la CAVY. C’est aussi le modèle de gestion intercommunal qui est aussi remis en question alors que notre territoire mutualise les dépenses culturelles de la Ville de Yerres… On comprend leurs réticences alors que notre maire précédent s’est englué dans un deal où les Crosnois n’ont fait que payer.

Je pose la question du futur pacte de coopération et invite les élus de ce conseil à être plus exigeants en défendant un marché plus conforme aux intérêts des Crosnois. Je propose ainsi de laisser le CEC ainsi que le parking à la charge de la commune en dehors du futur périmètre intercommunal. Nous pourrons ainsi diminuer significativement la dette colossale (le CEC représente 37 millions d’euros sur les plus de 51 millions qui restent à rembourser) et la pression fiscale intercommunale. Nous pourrons aussi offrir à nos partenaires du Val de Seine un cadre plus acceptable pour une coopération durable.

Je voterai contre cette délibération et vous invite à faire de même.

Commenter cet article