Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ENSEMBLE POUR CROSNE

Blog de Christophe De Freitas, conseiller municipal de Crosne

La Val-de-Seine recule sur le projet d'avis au schéma régional de coopération intercommunal

Publié le 29 Novembre 2014 par Christophe DE FREITAS in Intercommunalité

Lors du dernier conseil communautaire de Sénart-Val-de-Seine, l'avis au SRCI concernant la proposition du préfet de région d'une super agglomération du nord Essonne était examinée.

Dans toutes les 6 villes du Val d'Yerres, la même délibération était proposée : refusant la proposition préfectorale tout en demandant que soit créé un pôle métropolitain au contour et au fonctionnement incertain.

En parallèle, des arguments bizarres étaient déployés - comme le fait de ne pas amener à ce que chaque habitant fréquente l'ensemble des futurs équipements intercommunaux - dans une sorte d'injonction aux usagers de tirer partie de tous les équipements sportifs et culturels de cette future agglomération (comme s'ils le faisaient déjà). Ainsi, il n'était "pas envisageable" qu'un Buxacien aille à la piscine à Morangis alors que dans le futur scénario, qu'un Crosnois aille à Melun deviendra réalisable.

C'est oublier que la compétence "équipements sportifs et culturels" n'est pas la compétence principale des agglo ! Elle est optionnelle et vient après les transports, le développement économique... : autant de domaines où la VYCA n'est pas des plus performantes...

Chacun comprenait toutefois que le projet du préfet était porteur des mêmes avantages et défauts que l'alternative mais que, dans cette dernière, c'était leur idée... oubliant de dire que leur intérêt est de rester dans un territoire où chacun conservera sa délégation - même celui qui ne fait rien !

La bonne nouvelle, c'est que les élus du Val-de-Seine ont refusé le scénario préfectoral mais n'ont pas - également - valider la proposition alternative et qu'ils envisagent d'étudier la question du Grand Paris, comme une hypothèse qui deviendrait crédible.

Le Maire de Draveil indique que la CASVS a une dette de 8 millions d'euros et que la nouvelle agglo allait se retrouver avec une dette de 138 millions d'euros et une fiscalité à créer (là où elle n'en avait pas). Il a promis de créer une association de défense des contribuables.

Enfin, une réflexion qui répond à l'intérêt des Crosnois.

Commenter cet article