Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ENSEMBLE POUR CROSNE

Blog de Christophe De Freitas, conseiller municipal de Crosne

Conseil 19 juin - 2ème partie

Publié le 24 Juin 2014 par DE FREITAS in Conseil municipal

Certains ont pu s'étonner de mon silence lors des points relatifs au compte administratif 2013, alors que la bataille faisait rage entre la majorité et le groupe "Unis pour Crosne." S'agissant du bilan de l'équipe socialiste, je considère en effet qu'il leur appartient tout d'abord de le défendre.

Face à leur maladresse, mais aussi à la digression de l'élu aux finances sur le budget 2014, alors qu'il était question du budget 2013 qui présente effectivement un excédent et donc, quoi qu'on en dise un équilibre positif de nos finances de l'ordre de 280 000 €, je souhaitais apporter une précision technique.

Si le budget primitif 2014 ne comprend pas certaines dépenses, c'est d'abord qu'il est sincère, c'est à dire qu'il comprend des dépenses et des recettes qui sont certaines.

Ainsi, la réforme des rythmes éducatifs ne pouvait y figurer avant juin 2014 puisque les municipalités socialiste et actuelle n'avaient pas la volonté de s'y engager. Prétendre qu'une dotation pouvait être affectée est une méconnaissance profonde des régles des finances publiques. De même, les travaux du gymnase ne pouvaient être envisagés puisque le rapport technique demandé par la précédente municipalité est arrivé en avril 2014.

Comme l'ensemble des autres communes de France, Crosne peut donc pratiquer les budgets supplémentaires et les décisions modificatives pour ajuster leur budget aux aléas de la vie politique : c'est une bonne nouvelle ! Ainsi, les ventes de biens immobiliers qui n'étaient pas prévues en début d'années vont pouvoir compenser ces dépenses imprévisibles !

Que reste-t-il à charge : des pratiques d'achat sans mise en concurrence comme l'élu aux finances le prétends ! A cet égard, il faut être précautionneux car si elle n'est pas attestée par une procédure en bonne et due forme validée par l'autorité territoriale, cela peut être une pure diffamation car rien ne certifie que cett pratique était en place, qu'elle relevait d'un fantasme de certains agents souhaitant s'attirer les graces de la nouvelle équipe...

Toujours en matière de diffamation, je souhaitais revenir sur les propos de M. Damiati à mon égard et vous livre la réponse que je lui ai adressé le soir-même.

Bonsoir,

Intrigué par vos propos tenus lors du conseil, je suis allé vérifier sur le blog si mes écrits relevaient de la diffamation, comme vous le sous-entendiez.

Dans le compte-rendu du conseil du 29 avril dernier, j'indique "création de 2 postes mais pas la suppression - pourtant annoncée - du poste de directeur de cabinet".

Dans le fait, le tableau des emplois a été modifié pour créer deux postes en police municipale. En parallèle, l'emploi de collaborateur de cabinet mentionné à la page 63 du compte administratif n'a pas été supprimé. Ce qui signifie qu'il peut donc toujours être pourvu alors que sa suppression nécessiterait une délibération en CM (ce n'est pas juste, comme vous semblez le croire, un mouvement de masse salariale).

De ce fait, mes écrits sont donc tout à fait exacts et c'est à tort que vous avez alléguiez ce soir que je prétendais que vous aviez encore un directeur de cabinet, ce qui n'était pas du tout le sens de ma phrase.

Je vous prie, en parallélisme des formes, de bien vouloir rectifier lors du prochain conseil municipal.

Cordialement,

Christophe DE FREITAS

Commenter cet article