Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ENSEMBLE POUR CROSNE

Blog de Christophe De Freitas, conseiller municipal de Crosne

Avenir du conservatoire - suite

Publié le 28 Juin 2014 par Christophe DE FREITAS in VYCA

L'exposition Caillebotte va être un gouffre financier pour la Ville de Yerres (3 millions de dépenses), du fait d'une fréquentation et des contributions des entrepreneurs du Val Yerres largement sur-estimées (mais ça, c'était avant les élections municipales) et malgré l'attribution d'une subvention de l'agglomération pour limiter son déficit.

En parallèle, la communauté d'agglomération doit faire face à un endettement colossal, bien supérieur à celui des communes, du fait de la construction d'équipements sportifs et culturels partout dans le Val d'Yerres mais aussi pour assumer les frais de fonctionnement de ces nouveaux équipements dont l'utilité sociale a été sur-évaluée.

La baisse des dotations de l'Etat oblige désomais les élus de la communauté d'agglomération a faire le choix, acté mais pas vraiment assumé avant les élections municipales, de sacrifier l'existant, c'est à dire le conservatoire pour aller vers une politique culturelle qui fait du buzz, peu importe si elle ne convient pas aux habitants du Val d'Yerres

Avant, il y avait nos impots futurs et l'endettement pour faire croire que cela pouvait durer de faire n'importe quoi. Désormais le président de l'agglomération doit assumer ses choix. Et force est de constater que ce qui compte désormais, ce ne sont plus nos enfants et l'éducation aux arts des habitants du Val d'Yerres mais une politique qui fait rayonner Yerres en y attirant de nombreux spéctateurs, bénéficiant de spectacles et d'expositions payés par le contribuable local.

Il y a encore moyen de peser pour que cela change.

Rendez-vous au prochain conseil communautaire - lundi 30 juin à 19h à la Grange aux Bois (Yerres).

AVENIR DU CONSERVATOIRE à rayonnement départemental du Val d'Yerres

APPEL aux élus de la communauté d'agglomération

Boussy-Saint-Antoine Brunoy, Crosne, Epinay-sous-Sénart, Quincy-sous-Sénart, Yerres

Le 26 juin 2014

Monsieur le président,
Madame la vice-présidente,
Messieurs les vice-présidents,
Mesdames et Messieurs les élus communautaires,


La réforme du Conservatoire du Val d’Yerres figure à l’ordre du jour du Conseil communautaire qui doit se tenir lundi 30 juin prochain.

Lundi 23 juin dernier, les six maires de la Communauté d’agglomération du Val d’Yerres ont présenté cette réforme lors d’une réunion publique. Cette réunion, qui a fait salle comble, a permis de révéler l’indignation de la quasi-totalité de l’assistance devant un plan de « sauvetage » qui s’avère être, en fait, ni plus ni moins qu’un plan social de grande ampleur, impliquant de nombreuses suppressions de postes, et menaçant, à terme, la survie du Conservatoire.

Nous vous rappelons que le Conservatoire à rayonnement départemental du Val d’Yerres constitue l’un des fleurons de l’enseignement artistique en Ile-de-France, reconnu dans la France entière pour la qualité de ses enseignements et de son corps professoral. En témoigne la liste impressionnante des personnalités prestigieuses qui lui apportent leur soutien (http://soutien-conservatoire-yerres.blogspot.fr). Il a joué et joue encore à ce jour un rôle essentiel dans la formation artistique des citoyens du Val-d’Yerres.

Alors que la question de la restructuration de cette institution a été absente, voire occultée lors de la campagne municipale, alors que les nouvelles équipes municipales et communautaires prennent seulement connaissance des nombreux dossiers qui les attendent, il est surprenant de voir que les élus vont voter un dossier essentiel dont ils n’ont pas encore la maîtrise complète. Le voter, en l'état, c'est prendre la responsabilité de ruiner les enseignements artistiques dans le Val-d'Yerres et d'échouer, à coup sûr, dans la conquête de nouveaux publics.

En effet, ce dossier a été piloté conjointement par la direction générale des services de la CAVY et par la direction du Conservatoire, dans l’urgence et le secret, sans aucune concertation avec les parties concernées. L’équipe pédagogique elle-même et les usagers (élèves et parents) ont été mis devant le fait accompli. Nous attirons également votre attention sur l’opacité qui règne sur ce dossier, malgré une demande officielle de l’association des parents d’élèves (Ardamuse) auprès de la CAVY pour prendre connaissance du budget du Conservatoire.

La restructuration en cours est par ailleurs menée dans des conditions moralement inacceptables, et même indignes : licenciements injustifiés d’enseignants dont la présence est essentielle au bon fonctionnement du Conservatoire, pressions diverses exercées sur certains enseignants pour les « encourager » à partir d’eux-mêmes, mise sous surveillance des enseignants au nom du devoir de réserve(une veille informatique surveille ainsi leurs faits et gestes sur Internet). Sachez que des cas de harcèlement moral sont avérés et susceptibles de plaintes en justice.

Ces méthodes compromettent gravement la crédibilité de cette réforme et entachent l’honneur de ceux qui les appliquent.

Cette affaire jette également le trouble chez nombre d’habitants de vos communes qui s’interrogent sur les véritables tenants et aboutissants du projet de réforme et doutent de la sincérité de l’administration.

C’est pourquoi nous demandons solennellement que cette réforme soit suspendue, le temps qu’un climat plus serein soit instauré, qu’une véritable réflexion sérieuse associant administrateurs, professeurs et usagers puisse se mettre en place sur l’avenir du Conservatoire, dans un souci de préserver à la fois les acquis pédagogiques et culturels du Conservatoire et les finances communautaires.

Le vote de cette réforme, lundi 30 juin, signifierait que vous cautionnez les conditions de sa mise en œuvre et vos concitoyens devront alors en tirer toutes les conclusions qui s’imposent.

Nous vous prions de recevoir l’expression de toute notre considération.

Le Comité de soutien au Conservatoire à rayonnement départemental du Val d'Yerres

Commenter cet article